Métamorphose corporelle

L’évocation de la contorsion nous ramène bien souvent au monde du cirque.

Un monde retranscrit plein de couleur, de force et de prouesses spectaculaires.

Cependant, le corps humain et avant tout une matière modulable à volonté. Une véritable œuvre d’art abstraite et un moyen de communication au même titre que la parole, la peinture ou la musique.

Certes il y a parfois un décalage entre ce qui est vécu par le contorsionniste et ce qui est perçu par le spectateur. Positions improbables, étonnantes, troublantes voire parfois dérangeantes. Elles n’en restent pas moins fascinantes et belles par leurs vitalités.

L’impossible et l’insensé peuvent passer par le travail du corps démantibulé. La nudité, quant à elle, permet d’avoir un impact plus important pour exprimer la fragilité de l’existence. Le nu renvoie en effet bien souvent à l’intemporel pour ne se rapporter à aucune mode ou époque.

Un corps sans artifice ni vêtement permet donc une lecture corporelle dans son intégralité pour en apprécier subtilement toutes ses lignes, continuités dans sa globalité ou sans perturbateur visuel.

Si les techniques de ces mouvements de corps ne font qu’éveiller nos sensations, perceptions et notre imaginaire, la force n’en n’est pas moins présente.

 

 

Frt Photo Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *